Actualités

A découvrir : Une vie de famille trépidante, sur la route !

 
Gamping a rencontré Les 4 farfelus, une famille globe-trotteuse, qui arpente les routes du monde avec leur magnifique combi VW de 1979, couleur orange pétante !

Suivez leurs aventures sur leur joli blog : www.uneviesurlaroute.com

© Les 4 farfelus

 

1 – Bonjour Cindy ! Avant tout, nous sommes ravis de l’interview que vous nous accordez. Alors, dites-nous tout, qui se cache derrière le nom Les 4 farfelus ?

En fait notre nom reflète notre personnalité et notre état d’esprit.
Les 4 Farfelus c’est une famille de quatre rêveurs Eddy 40 ans, Cindy 33 ans, Enzo 9 ans et Axel 6 ans qui aiment voyager, découvrir et partager. Nous sommes des adeptes du « slow-travel » et aimons la nature, l’alternatif et surtout la liberté d’aller où on veut, quand on veut !

 

2 – Comment et pourquoi votre projet de « famille nomade », a-t-il vu le jour ? Cela fait combien de temps que vous êtes sur les routes ?

A vrai dire, en France, nous avions déjà une maison sur roues, notre camping-car, ainsi que notre van VW. Le nomadisme a toujours été très ancré en moi et je rêvais d’emmener ma famille sur les routes du monde. J’ai convaincu mon conjoint de partir plusieurs années en voyage et de nous expatrier. Quand nous sommes arrivés au Canada en juin 2013 et que nous avons commencé à aller aux Usa, nous avons rencontré les « full timers ». Ce fut une révélation ! Notre désir de nomadisme était plus fort que tout. Les enfants ont été emballés par ce mode de vie à condition tout de même qu’ils aient leur repère, c’est à dire leur « coquille » en guise de maison avec eux.

 © Les 4 farfelus
© Les 4 farfelus

3 – Dans quel pays êtes-vous en ce moment ? Quels sont vos activités ?

Nous sommes actuellement au Etats-Unis mais nous avons commencé par nous expatrier au Canada où nous avons travaillé. Cela fait bientôt 2 ans que nous visitons le Canada et les USA en Van VW. Nous voulions un changement de vie, nous avons aussi profité de ce changement de continent pour changer de profession. A 33 ans et 40 ans on a tout recommencé à zéro !  Eddy travaille maintenant dans le domaine de la sécurité, tant qu’à moi après avoir travaillé en forêt canadienne durant les six premiers mois, je viens d’obtenir mon diplôme de graphiste. Cela me permettra de pouvoir être nomade et de travailler de n’importe où.

 

3 – Votre voyage se découpe en 2 parties : premièrement, en combi VW et deuxièmement à vélo. Pourquoi avoir choisi ces modes de transport ? Quand est-ce que vous troquerez votre van contre le vélo ?

Nous avons souhaité vivre ce voyage de deux façons différentes, d’un côté en van car on adore ce véhicule et qu’il se faufile partout. Il est à la fois pratique du fait que l’on puisse dormir dedans et en même temps il a un fort capital sympathie, ce qui nous permet de créer facilement des contacts avec les locaux. C’est aussi un bon compromis du point de vue économique. Ensuite nous avions envie de tester le voyage à vélo, c’est écologique, économique et sportif. De plus c’est un mode de déplacement lent et lui aussi propice aux rencontres. Si tout se passe bien, nous avons prévu de voyager à vélo à partir de l’hiver 2015/début 2016 vers l’Océanie et l ‘Asie cette fois-ci.

 

4 – Pour l’hébergement, comment procédez-vous ?

La plupart du temps, en van nous campons « sauvage » sur des « spots » gratuits, c’est à dire hors des campings payants, car nous avons un petit budget. Nous ne sommes pas « fan » non plus du fait d’être collés les uns aux-autres et aimons la solitude en pleine nature. Nous faisons souvent du backcountry camping en forêt ou allons sur des aires réservées par les BLM (Bureau of Land Management). Quand tout le monde quitte la plage ou la forêt pour rentrer à l’hôtel, nous l’avons pour nous seuls ! Nous sommes autonomes en électricité grâce à notre panneau solaire placé sur le toit. Quand viendra le temps de voyager à vélo, nous opterons aussi pour le camping sauvage ou chez l’habitant.

© Les 4 farfelus

5 – Avez-vous déjà eu recours au camping chez l’habitant ? Quel est votre ressenti ?

Nous n’avons pas encore eu la chance de faire du camping chez l’habitant car le concept n’avait pas encore été très développé. L’idée nous emballe, car il y a beaucoup d’endroits où cela devient compliqué de s’arrêter pour dormir. C’est une belle alternative au camping trop cher pour nous, l’accueil est personnalisé et nous adhérons complètement à la consommation collaborative ! Ce sera une expérience nouvelle pour nous et très enrichissante, j’en suis sure. Qui peut mieux vous faire découvrir le pays, qu’un local lui-même ?!

 

6 – Pour finir, une petite anecdote à partager avec les gampeurs ?

A Key West, en Floride nous étions sur une plage paradisiaque et déserte. Nous avons vu des sans domiciles fixes américains qui dormaient sous les palmiers, se levaient et allaient se laver en utilisant les douches chaudes de la plage. N’ayant pas d’eau courante dans le van à ce moment-là, nous nous sommes regardés en souriant et mon mari est allé chercher le savon. Nous nous sommes lavés tous les quatre sur le bord de plage, avec un autre voyageur qui venait d’Oregon, en van lui aussi. Cela restera un souvenir amusant et les enfants s’en rappelleront longtemps. C’est dans des moments pareils que l’on se rend compte que l’eau vaut de l’or !

© Les 4 farfelus
© Les 4 farfelus

 

le 26 février 2015